Skip to main content

Étude: les médias sociaux mettent le feu au centre de plaisir de Brain

Des recherches suggérant que le partage d'informations sur nous-mêmes enflamme les centres de plaisir de nos cerveaux peuvent éclairer les racines de la dépendance aux médias sociaux.

La recherche a été menée à l'Université de Harvard en 2011 et publiée dans les Actes de la National Academy of Sciences. L'étude, dirigée par Diana Tamir, explique une série de cinq expériences menées par l'équipe pour vérifier leur hypothèse, à savoir que les personnes tirent une valeur intrinsèque de la communication d'informations sur elles-mêmes à d'autres personnes.

"La révélation de soi était fortement associée à une activation accrue dans les régions du cerveau qui forment le système dopaminergique mésolimbique, y compris le noyau accumbens et la région tegmentale ventrale", indique une étude de Harvard. "De plus, les individus étaient prêts à renoncer à de l'argent pour se révéler."

Parlons de moi, moi, moi

Des études antérieures ont montré que 30 à 40% des conversations quotidiennes communiquaient des informations à d'autres personnes sur nos propres expériences, a indiqué l'étude. Des recherches antérieures ont révélé qu'un pourcentage encore plus élevé de ce que nous publions sur les médias sociaux (jusqu'à 80%) concerne notre personne. Les chercheurs de Harvard ont cherché à savoir si c'était peut-être parce que nous obtenions des récompenses émotionnelles ou psychiques pour le faire.

Au cours de leurs expériences, les chercheurs ont branché des appareils IRM (imagerie par résonance magnétique) afin de scanner le cerveau des personnes, tout en leur laissant le choix de parler d’elles-mêmes et d’écouter les autres pour juger leurs pensées.

Ils ont constaté que les gens préféraient échanger de l’information sur eux-mêmes au point de renoncer à de l’argent.

Plus important peut-être, ils ont également constaté que l'acte de révélation de soi illumine des zones du cerveau qui sont également activées par des activités agréables connues telles que l'alimentation et les relations sexuelles. Lorsque les gens écoutent ou jugent les autres, leur cerveau ne s’éclaire pas de la même manière. Curieusement, les chercheurs ont également constaté que l’activation des centres de loisirs était encore plus importante lorsque les gens apprenaient qu’ils avaient un public.

De nombreux chercheurs ont déjà émis l'hypothèse que l'utilisation des médias sociaux pourrait libérer du cerveau des substances chimiques telles que la dopamine, le même produit chimique libéré dans le cerveau des alcooliques lorsqu'ils boivent et des toxicomanes nicotiniques lorsqu'ils fument.

Mais c’est l’une des premières études à essayer de documenter les effets de la divulgation de soi sur la chimie du cerveau, en particulier lorsque l’on a un auditoire pour le partage.

Affiner nos instincts sociaux

Dans leur conclusion, les auteurs déclarent que cette volonté de nous diffuser aux autres peut nous donner divers avantages en matière d'adaptation et améliorer notre performance dans des "comportements qui sous-tendent la socialité extrême de notre espèce".

Par exemple, utiliser les médias sociaux pourrait nous récompenser en faisant quelque chose de simple, comme aider à forger des "liens sociaux et des alliances sociales entre les gens" ou "susciter un retour d'informations de la part des autres pour atteindre la connaissance de soi".

Si cette étude est correcte, le plaisir que nous éprouvons à partager des informations de nos vies sur les réseaux sociaux peut aider à expliquer le phénomène de dépendance à Facebook ", qui consiste essentiellement à passer tellement de temps sur Facebook que cela interfère avec le reste de nos vies. Les symptômes de dépendance à Facebook sont similaires aux signes de surutilisation d'autres formes de médias sociaux, tels que Twitter, Tumblr, etc.